Microkiné

POURQUOI AI-JE ARRETE LA MICROKINE?

La microkinésithérapie est une pratique manuelle qui a vu le jour dans les années 80. Ayant été formée entre 2015 et 2018, j’ai exercé la microkiné exclusivement jusqu’à mai 2021.

Une recherche constante d’efficacité et de qualité des soins apportés à mes patients m’ont amenée à ne plus croire à la microkiné et à arrêter cette pratique, malgré les résultats obtenus en séances. Une recherche rigoureuse et la plus neutre possible m’ont fait constater que la microkiné ne repose pas sur des fondements théoriques prouvés par la science, et qu’à ce jour l’efficacité clinique n’est pas démontrée. Aujourd’hui il n’est pas démontré que l’efficacité de la microkiné est supérieure à l’effet placebo. 

Si vous souhaitez aller plus loin sur ce sujet je vous recommande la lecture du mémoire d’un étudiant en masso-kinésithérapie daté de 2012. Lecture un petit peu longue mais qui offre également des notions pour comprendre comment et pourquoi l’on peut étudier un sujet (et ici plus particulièrement une pratique thérapeutique) de manière critique, neutre, et constructive.

Je vous recommande aussi une vidéo de la chaîne You Tube Hygiène Mentale, qui vous expliquera plus globalement la démarche scientifique (13 minutes, ce n’est pas long, et la vidéo est très bien faite). Vous trouverez également dans une autre vidéo d’Hygiène Mentale (9 minutes, et toujours de grande qualité) un abord intéressant de la démarche scientifique, à travers les notions d’ouverture d’esprit et d’esprit critique.

MICROKINE ET EFFET PLACEBO?

Si vous avez déjà consulté un microkiné et obtenu de bons résultats, ceux-ci peuvent tout à fait être rééls ! Simplement aujourd’hui nous pouvons penser qu’ils sont probablement plus dus à un effet placebo (présent autour de n’importe quel soin), plutôt qu’aux manoeuvres effectuées lors du soin de microkinésithérapie.

Le placebo ne doit pas être un terme péjoratif, loin de là !

L’effet placebo est le résultat positif constaté lors la réalisation d’un acte thérapeutique ou la prise d’une substance, mais qui n’est pas dû à l’efficacité de l’acte lui-même, ou de la substance elle-même (Cet effet peut aussi être négatif, il s’agit alors d’effet nocebo).

Quel que soit le soin/le traitement que vous recevez, il y a donc toujours une part d’effet placebo. Et il a une réelle efficacité ! Bien que plus ou moins importante selon les pathologies et les personnes (particulièrement efficace en cas de douleurs, anxiété…). Il serait donc dommage de s’en passer…

A ce propos je ne peux que vous recommander l’excellent article de Science et Vie paru en 2019 sur l’effet placebo. Il est malheureusement payant… Mais fort instructif.

Cet effet placebo est notamment lié à des effets contextuels (la relation à votre soignant, son empathie, son écoute, mais aussi votre attente vis-à-vis du soin, vos convictions, le type de soin…).

Et l’effet placebo est d’autant plus efficace que l’acte thérapeutique ou le médicament administré ont eux-même une efficacité réelle.

Dès lors, j’ai fait le choix de m’orienter vers des soins ayant le plus possible une efficacité prouvée, et ayant des bases théoriques solides. Le but est d’apporter une qualité de soin maximale aux patients.                   

Pourquoi se limiter à un potentiel effet placebo, lorsqu’on peut le combiner à un traitement efficace en lui-même? D’autant plus que l’on majore ainsi cet effet placebo! 

CONSULTER UN MICROKINE?

Qui que soit le professionnel de santé ou le thérapeute que vous consultez, vous êtes toujours en droit, en tant que patient, de questionner la pratique du soignant que vous consultez. Vous avez toujours le droit de douter, de poser des questions. Tout comme vous pouvez attendre une qualité d’écoute et d’attention de la part de vos soignants.

Il est du devoir de chaque soignant de se poser la question de l’efficacité des soins qu’il offre à ses patients, afin d’optimiser la prise en charge. Il est du devoir de tout professionnel de santé d’utiliser le plus possible des thérapies dont l’efficacité a été prouvée, afin d’offrir le plus de chance de guérison possible à ses patients.

Mais si une pratique dont l’efficacité n’est pas prouvée offre à un patient une amélioration de son état de santé, pourquoi ne devrait-il pas y avoir recours, même si la réussite n’est que liée à l’effet placebo?

Une bonne raison de ne pas y avoir recours serait un thérapeute qui vous pousse à multiplier les séances, des tarifs exorbitants, ressentir une certaine dépendance vis-à-vis du soin, que la pratique vous empêche ou vous déconseille de consulter un professionnel de santé ou d’avoir recours à un traitement dont l’efficacité propre  a été prouvée, rencontrer un important effet nocebo…

Mais si aller voir un microkiné vous fait du bien, et que les conditions ci-dessus ne sont pas remplies, alors pourquoi s’en passer… Même si la résolution de votre problème était due à un effet placebo, l’essentiel reste que vous alliez bien, que votre problème de santé soit résolu. 

En fait ce raisonnement reste valable pour toute approche thérapeutique, conventionnelle ou non.

Voilà pourquoi il est important de connaître l’efficacité d’un traitement, et surtout d’exercer son esprit critique… Pour être soigné au mieux, et en sécurité.

Par rapport à tout ce que peut vous dire un microkiné, toutes les causes datées dont un microkiné peut vous parler, je ne peux que vous inciter à la plus grande prudence vis-à-vis de ces informations. En effet elles n’ont pas de fondement sérieux, et vous ne pourrez jamais être sûr de leur réalité (notamment parce qu’il est possible de créer de faux souvenirs). Les patients qui me connaissent savent que cette position de ma part n’est pas récente.

COMMENT PROUVE-T-ON L’EFFICACITE D’UN TRAITEMENT?

Comme dit précédemment, pour comprendre pourquoi la microkiné ne s’appuie pas sur des bases théoriques prouvées par la science, je vous encourage à lire le mémoire de M.Rival. En très résumé, aujourd’hui aucune expérimentation scientifique n’a prouvé l’existence des éléments théoriques sur lesquels s’appuie la microkiné (vitalité tissulaire, « mémorisation de l’agression »…). Mais comme l’explique très bien cette vidéo déjà citée (« l’ouverture d’esprit et ses limites », Hygiène Mentale) , il faut d’abord mettre en évidence un phénomène (ici l’efficacité thérapeutique de la microkiné) avant d’en rechercher les causes. 

Pour évaluer l’efficacité d’un traitement, qu’il soit médicamenteux ou manuel, il faut mener une étude clinique, qui permettra d’évaluer si le traitement est plus efficace qu’un effet placebo. Cela permettra de savoir si le traitement a une efficacité propre (qui vient donc s’ajouter à l’efficacité de l’effet placebo), ou si seul l’effet placebo est responsable des améliorations constatées (l’effet placebo en lui-même est extrêmement intéressant et peut permettre de résoudre des problèmes de santé).                         

Car malheureusement une expérience individuelle ne suffit pas à prouver quoi que ce soit. Si ce n’est qu’un thérapeute ou qu’une thérapie a convenu à un patient à un moment donné (ce qui est déjà très positif pour le patient).                                     

En très résumé une telle étude clinique consiste à observer et comparer les résultats de deux (voire 3) groupes:                                                                                                           

1-Un groupe de personnes à qui l’on applique le traitement étudié (acte de soin manuel, médicament…)                                                                                     

2 -Et un groupe qui ne reçoit qu’un traitement placebo (traitement qui ressemble le plus possible au traitement testé, mais qui n’a aucun principe actif ou vocation thérapeutique. Par exemple pour la microkiné ce pourrait être un massage ressemblant beaucoup à de la microkiné mais n’étant pas des manoeuvres de microkiné)                                                                                 

3-On peut même éventuellement comparer avec un groupe qui ne reçoit absolument aucun traitement                                                 

Evidemment pour faire une étude clinique sérieuse, il faut prendre en compte beaucoup de paramètres, pour éviter les biais, et obtenir des résultats significatifs, c’est-à-dire auxquels on peut se fier.                         

Pour approfondir ce point je vous recommande la lecture de ce mémoire (partie 6), toujours le même, dont le sujet est l’étude de la microkiné. Il explique très bien ce qu’est une étude clinique sérieuse, qui apporte des résultats auxquels on peut se fier. Et il explique également très bien pourquoi aucune étude clinique n’a à ce jour prouvé l’efficacité de la microkiné. La seule étude clinique parue depuis (étude sur des rats, 2017), n’a pas de résultats significatifs, car les effectifs des différents groupes sont bien trop petits.     

Et je vous recommande également, encore une fois, les vidéos d’Hygiène Mentale citées précédemment (« l’ouverture d’esprit et ses limites » et « les publications scientifiques (exemple de l’énergie libre-effet Dumas »), qui permettent de comprendre plus globalement la démarche scientifique.

CONCLUSION

Aujourd’hui je ne pratique donc plus la microkiné, parce que je n’y crois plus. Car à ce jour il s’agit bien de croyance (à l’inverse d’une connaissance, qui serait vérifiable), dans la mesure où aucun fondement de la microkiné n’a aujourd’hui pu être expliqué et démontré, ni aucune preuve scientifique d’efficacité apportée.  Cela n’a rien de péjoratif. Ne pas croire à quelque chose n’est pas le dénigrer. C’est juste ne pas y croire. Et être prêt à réviser son jugement si de nouvelles preuves sérieuses apparaissaient.

Et il est préférable de croire à ce que l’on fait pour être efficace.

Egalement je préfère proposer des soins les plus efficaces possible à mes patients, donc basés autant que possible sur une efficacité prouvée, qui viendra alors majorer l’effet placebo (présent dans chaque soin).

Encore une fois, pourquoi se limiter à un potentiel effet placebo, lorsqu’on peut le combiner à un traitement efficace en lui-même? 

Si vous souhaitez exercer votre esprit critique, je finirai en vous recommandant cette vidéo, « l’autodéfense intellectuelle (des outils pour la recherche d’information) ». Elle est un petit peu longue (20 minutes), mais truffée de bons conseils!